Gaspard KOENIG

Le vrai libéralisme, c'est comment ?

GenerationLibre est un think-tank fondé en 2013 par Gaspard Koenig, indépendant de tout parti politique, qui vise à promouvoir les libertés en France, que ce soit en termes de droits fondamentaux, de mécanismes économiques ou de choix sociétaux. GenerationLibre s’inscrit dans la tradition du « jacobinisme libéral », pour qui l’Etat doit avant tout émanciper l’individu de ses tutelles. A l’heure de la révolution numérique, nous devons préparer un monde ouvert où l’autonomie individuelle et les coopérations spontanées remplaceront les structures centralisées.

Je m’inscris pour cette rencontre

Faut-il plus ou moins de libéralisme ? Entre élections présidentielles et législatives les anciens clivages politiques volent en éclat.

Mais au fait, c’est quoi le libéralisme ? Est-il forcément sauvage ?

Fondateur du think-tank Generationlibre Gaspard KOENIG défend par exemple l’idée d’un revenu universel, baptisé « revenu de liberté pour tous ». Dans son livre Les aventuriers de la liberté il parcourt le monde à la recherche des espaces où la liberté est une vertu radicale. Un univers hallucinant qui a transformé sa vision du monde et qui pourrait bien transformer la nôtre à cette occasion…

Inscription ici ou à l’aide du bulletin d’inscription ci-dessous :

Bulletin d’inscription, CERA 79ème, Gaspard KOENIG, 17-05-207

Retrouvez ici ces derniers articles sur le Monde et le Figaro

 

questions & réponses
  • Il me semble que nous avons du mal à admettre le revenu universel pour des raisons philosophiques et morales. Sans doute parce que notre morale publique est issue de notre morale religieuse.

    Oui, tout à fait. Mais je pense qu'il ne devrait pas exister de morale publique mais une morale civile, portée par les gens. Le revenu universel permet précisément de s'en affranchir. De plus, une fois que vous avez donné aux gens de quoi survivre dans la dignité, vous pouvez fonder leur libre arbitre dans une société ouverte, en leur disant que tous les choix qu'ils feront désormais pourront être considérés comme volontaires. Ce qui aurait des conséquences très fortes puisque les gens ne seraient plus soumis à la contrainte économique. Si vous vous prostituez dans une société régie par le revenu universel, c'est parce que vous en avez fait le choix, au moins d'un point de vue économique. La question culturelle est un autre débat. La morale serait ainsi privatisée. Ce qui se trouve tout à fait dans la ligne de ce que je défends. Il doit y avoir des outils de politique publique pour permettre aux gens de faire leurs propres choix moraux.

  • La pauvreté dont vous parlez n'est pas la même dans les pays occidentaux, dits riches, et dans les pays en développement, où la pauvreté n'est pas du tout vécue de la même façon.

    J'ai pris justement un cas extrême dans lequel on s'aperçoit que les gens ont une utilisation rationnelle des moyens qu'on met à leur disposition. Pourquoi ce fonctionnement ne s'appliquerait-il pas à nous ? Des expériences de revenu universel sont menées aux États-Unis et en Finlande. La même conclusion s'impose toujours. Le taux d'activité ne baisse pas. Les gens ne se retirent pas du marché du travail en se disant qu'ils vont regarder la télé !

Ses interventions (Podcast et vidéos)

Vos statistiques de satisfaction

Legende des notes

Remarques et suggestions

- Très bonne soirée. Merci.
- Sur un tel sujet, peut-être faudrait-il augmenter la durée des échanges. Mais, cela n’est
peut-être pas évident.
- Trop technique présentement. Un débat entre deux invités auraient peut-être été plus
accessible…. La partie « questions libres » étaient plus pragmatique, plus vivante.
- Prévoir un créneau plus large pour l’intervention. L’exposé fut agréable et intéressant.


  • 3.6Qualité du fond
  • 3.3Qualité de la forme
  • 3.5Qualité des échanges
  • 3.4Qualité globale
  • 3,5Total