Pierre GIORGINI

Recteur de l'université catholique de LILLE

« La transition fulgurante » de Pierre Giorgini nous livre une réflexion sur ce qu’il appelle le « bouleversement systémique du monde ».

L’hypothèse avancée par cet essai est la suivante : plus qu’une crise, nous vivons une transition fulgurante d’un ancien monde vers un monde nouveau. Personne n’est en mesure de prévoir avec exactitude la nature de cette transformation, tant sa vitesse est sans précédent.

Ce monde digital, mondialisé, aux connexions ultra rapides, dans lequel les tâches de gestion rationnelle des données seront de plus en plus automatisées, peut non seulement conduire à une productivité considérable mais surtout à donner une importance jamais égalée aux tâches mobilisant créativité et innovation.

Des questions universelles qui nous poussent à réfléchir et à agir, dans cette première historique où « la guerre est déclarée contre nous-mêmes ».

questions & réponses
  • Depuis combien de temps avez-vous mis en place les tiers lieux de l'université de Lille dont vous nous avez parlé et avez-vous commencé à constater des effets dans la formation des jeunes ?

    On mesure des effets dans l'attractivité des entreprises. Pas encore dans la formation des jeunes. D'abord parmi nos 30 000 étudiants, seuls 2 ou 3 000 vivent des expériences concrètes et mesurables dans ces écosystèmes. Les autres sont baignés dans un je ne sais quoi d'indicible en termes de créativité, selon leurs propres mots. Par contre nos ateliers de codesign fonctionnent bien. Aujourd'hui, nous gérons plus de 200 projets d'innovation par an, apportés par les entreprises qui sont très intéressées par la variété des compétences que nous mettons à leur disposition. Nos équipes pluridisciplinaires sont constituées d'étudiants en électronique, informatique, droit, etc. Nous avons réduit à 50 % la formation académique de nos étudiants. Le reste du temps, ils sont baignés dans un explosens.

  • A travers vos propos, en le disant discrètement, ne prônez-vous pas un modèle de société qui conduit vers la décroissance, notamment lorsque vous parlez de la jeunesse ?

    Probablement, mais à condition que l'on définisse ce qu'est la croissance. S'agit-il de la décroissance du PIB, ou la décroissance du bonheur, ou de la décroissance de l'avoir au sens de sa démonétisation, l’ambiguïté qu'on a créé entre le prix et la valeur ? Si je n'en parle pas, c'est que je crois ce débat pipé d'avance. Je pense que nous nous trompons en discutant de croissance et décroissance. Le débat est ailleurs. Il s'agit d'un autre paradigme. Quand on parle de croissance verte, on pense qu'il s'agit de l'industrie du futur qui va créer de l'emploi, donc des salaires, de la taxation, de l'impôt, du bien commun et de la sécurité. Je pense que ce modèle-là doit être réinventé de fond en comble. Nous sommes en quelque sorte piégés par les mots. Si j'entre dans un débat croissance / décroissance, je risque de me tromper de sens. On peut entrer dans une société de croissance dans l'économie symbiotique. C'est-à-dire autour d'une nouvelle alliance entre la technosphère et la sociosphère. Il existe une ville au Danemark quasiment autonome. Comment voulez-vous évaluer s'il y a ou non croissance ? Les habitants de cette ville disent que le bonheur ne cesse d'y croître.

Ses interventions (Podcast et vidéos)

Vos statistiques de satisfaction

Legende des notes

CERA - Centre d’Echanges et de Réflexion pour l’Avenir
80ème Rencontre
Le 17 novembre 2017 – Pierre GORGINI
ICAM – LA ROCHE SUR YON


Remarques et suggestions



L’un des meilleurs intervenants… BRAVO !

Utiliser les outils de l’intelligence collective pour favoriser les interactions entre les personnes présentes durant le temps de conférence.
Idées d’intervenant : - Olivier Soulier – Denis Marquet – Pierre Moorkens – Juliette Tournand : Stratégie de la bienveillance.

Langage plus simplifié. Beaucoup de termes techniques.

Très intéressant. Merci.

M. Giorgini utilise des termes très philosophiques et techniques et devrait davantage se mettre au niveau de son public avec un échange plus clair et compréhensible pour tous.

Merci pour l’invitation de nos étudiants à vos conférences…pour les aider dans la transition fulgurante !

Conférence arborescente et trop riche qui demande une culture très importante pour être suivie au rythme de l’intervenant. Echanges absolument passionnants en revanche.

Temps d’exposé trop court pour développer des notions, concepts complexes, pour la néophyte que je suis. Dommage. Heureusement que Pierre Giorgini ponctue son propos d’exemples concrets d’anecdotes, de métaphores.

Génial pour les valeurs et le sens

Intéressant de voir l’évolution de la pensée d’économiste (ou politique) d’une Société matérialiste (marxiste ou extrêmement libérale) à une société où l’homme revient au centre du débat, avec la recherche de sens, liens, enracinement, spirituel ; le tragique de nos vies. N’est-ce pas une alternance à la mort du marxisme ?

Je n’arrive pas à noter la fiche d’évaluation. J’ai été très intéressée, mais j’ai beaucoup butté car certaines notions étaient peu ou pas explicitées. Beaucoup de références à des auteurs ou ouvrages que je ne connaissais pas. Concrètement, maintenant, je fais quoi ? « je leur sers de la soupe »


  • 3.6Qualité du fond
  • 3.5Qualité de la forme
  • 3.4Qualité des échanges
  • 3.5Qualité globale
  • 3,5Total