Michel MAFFESOLI

Sociologue

Michel Maffesoli (né le à Graissessac, Hérault) est un sociologue français.

Ancien élève de Gilbert Durand et de Julien Freund, professeur émérite à l’université Paris Descartes, Michel Maffesoli a développé un travail autour de la question du lien social communautaire, de la prévalence de l’imaginaire et de la vie quotidienne dans les sociétés contemporaines, contribuant ainsi à l’approche du paradigme postmoderne.

Ses travaux encouragent le développement des sociologies compréhensive et phénoménologique.

Il est membre de l’Institut universitaire de France depuis septembre 2008, au terme d’une procédure de nomination controversée.

Plus généralement, Michel Maffesoli a fait l’objet de controverses à la fois scientifiques et professionnelles, la plus célèbre d’entre elles demeurant celle concernant la thèse qu’il dirigea et fit soutenir à l’astrologue Élizabeth Teissier en 2001.

je consulte le compte rendu de la rencontre

Date de l'événément : 20 novembre 2015

Lieu de l'événément :

Présentation

Les premiers ouvrages de Michel Maffesoli datent de la fin des années 70 : dans un mouvement continu il analyse les changements qui conduisent de la société moderne structurée par la domination, la violence d’Etat, l’asservissement à des fins sans cesse reculées et le primat de la représentation à ce qu’il nommera pour la première fois, la société postmoderne.

La sociologie de Michel Maffesoli est descriptive et non pas prescriptive et en ce sens il ne développe ni attitude critique, ni discours politique. Il constate les invariants qui structurent l’imaginaire contemporain, s’inscrivant dans le sillon initié par son maître, Gilbert Durand.

Nombre des notions qu’il a ainsi « lancées » pour éclairer les comportements sociaux ont connu un succès correspondant à leur écho dans l’imaginaire collectif : le tribalisme, comme resurgissement des communautés à l’époque postmoderne est sans doute le plus connu, mais on peut citer bien d’autres occurrences : le nomadisme qui caractérise les jeunes génération, le primat du présent, de l’instant, l’importance de l’imaginaire, du rêve, un réenchantement du monde, mais également l’hédonisme (le dionysiaque), les émotions collectives, ce que l’on pourrait appeler une culture du sentiment commun.