Idriss ABERKANE

Chercheur spécialisé en neuro ergonomie

Partager une somme d’argent c’est la diviser, partager une information c’est la multiplier. Partant de ce constat de bon sens, Idriss ABERKANE développe sa théorie d’un nouvel eldorado fondé sur une source inépuisable d’énergie : la connaissance.

Je consulte le compte rendu de la Rencontre

Date de l'événément : 27 mars 2015

Lieu de l'événément :

Idriss ABERKANE

Présentation

Idriss ABERKANE enseigne la géopolitique et l’économie de la connaissance à l’école Centrale de Paris. Il fait de la recherche en ingénierie biomimétique et cognitive à l’école Polytechnique et officie comme chercheur affilié à Stanford. Il est également ambassadeur du campus numérique des systèmes complexes de l’UNESCO.

Chercheur en neurosciences cognitives, Idriss ABERKANE est expert en Noopolitik (géopolitique de la connaissance) et étudie l’interaction entre savoir et pouvoir, et entre savoir et paix.

Pour lui, l’enseignement est un buffet à volonté de connaissances, et son appétit l’a poussé à obtenir trois doctorats : l’un en géopolitique, le second en littérature et le troisième en neuro-technologies.

“Le meilleur moyen de transférer la connaissance, c’est de l’aimer !”, répète-t-il d’ailleurs.

Idriss ABERKANE sait mettre son savoir à notre portée, et nous fait comprendre les enjeux et les impacts de la science du cerveau dans notre vie quotidienne, notamment par les jeux vidéo.

Il est convaincu que l’échec est un diplôme, que le chômeur a plus de pouvoir d’achat que le salarié et que la nature est une bibliothèque dont on a trop longtemps brûlé les livres au lieu de les lire. Mais si vous deviez retenir une chose de ses différentes conférences, ce serait que toute Révolution dans l’Histoire de l’Humanité passe obligatoirement par trois étapes : au début elle paraît ridicule, ensuite elle semble dangereuse, pour enfin devenir évidente.

Éditorialiste pour le Point, ses chroniques font référence.

Idriss ABERKANE a participé à l’écriture de l’ouvrage collectif du CERA avec sa contribution “Apprendre autrement”.