Jacques GÉNÉREUX

Économiste

La question de l’euro n’est plus taboue. Aux deux extrêmes de l’échiquier politique, on plaide le retour à une monnaie nationale et Marine Le Pen en a fait son emblème. De nombreux économistes expliquent pourquoi, et surtout comment, la France devrait sortir de l’Euro. Parmi eux, Jacques Généreux. Selon lui, il vaut mieux sortir de l’euro pour mener une politique de relance qu’y renoncer pour sauver l’euro.

je consulte le compte rendu de la rencontre

Date de l'événément : 21 novembre 2014

Lieu de l'événément :

Jacques GÉNÉREUX est né en 1956 à St Brieuc. Il a animé des émissions sur France Culture dans « L’économie en question » et est chroniqueur au mensuel « Alternatives économiques ». Diplômé de l’IEP Paris, l’Institut des Etudes Politiques, il y est maître de conférences. Parmi les nombreux ouvrages qu’il a écrits, « Jacques Généreux explique l’économie à tout le monde » est paru en 2014. Son talent pédagogique le place en tête des auteurs dans le domaine de l’économie. Opposé au projet de constitution européenne, il a écrit en 2005, un « Manuel critique du parfait européen. Les bonnes raisons de dire non à la constitution ». L’approche de Jacques GÉNÉREUX est pluridisciplinaire dans la mesure où il introduit un point de vue philosophique et anthropologique lorsqu’il parle d’économie. La preuve en est son « Manifeste pour l’économie humaine » où il déclare son opposition au libéralisme et au libre-échange. Engagé en politique depuis longtemps, il est d’abord au PS puis suit le mouvement d’Henri Emmanuelli et de Benoît Hamon, Le Nouveau Monde. En 2008, il est nommé secrétaire national à l’économie pour l’Autre gauche. A cette époque, il écrit « Nous, on peut ! », préfacé par Jean-Luc Mélenchon, qui a fait débat. Il écrit dans ce petit précis d’économie qu’il est las de la rengaine qui scande que les Etats sont impuissants vis-à-vis de la finance, des marchés, de la BCE (Banque Centrale Européenne) et du FMI (Front Monétaire International). Si c’était le cas, ils ne devraient pas chercher à sauver l’euro à tout prix.